Fundació Marta Mata

Représentée par Irene Balaguer

Marta Mata Garriga. Barcelone 1926-2006 Probablement aujourd’hui on dirait que Marta Mata était une activiste, une constructrice, une penseuse imaginative, une éducatrice sans frontières, combattante infatigable pour la récupération de l’école qu’elle avait eu lors qu’elle était petite et que la dictature franquiste avait détruit.
Depuis son plus jeune âge, elle s’occupe de la seule éducation qui n’est pas contrôlée par l’état franquiste, l’éducation du temps libre des enfants de Saifores, le village où aujourd’hui se trouve la Fondation qui porte son nom.

Marta Mata travaille avec des professeurs qui, comme elle, avaient connu les écoles de la République, pour la récupération des principes pédagogiques de l’Ecole Nouvelle. Avec eux, ils commencent à créer des écoles dans toute la Catalogne. La plupart sont des écoles coopératives de familles et d’enseignants et, pour mener à bien des rénovations pédagogiques, elles sont presque clandestines. Après seulement quelques années elles étaient déjà près de deux cents, la volonté étant qu’elles seraient de véritables laboratoires de pédagogie et de justice sociale.
Pour que ce rêve devienne réalité, une nouvelle formation des enseignants s’imposait et c’est avec ce désir que l’École des Maîtres Rosa Sensat (1965) est née, avec Marta Mata en tête pendant quatre décennies. Son influence s’étend à travers la Catalogne et l’Espagne. C’est ce que les enseignants appellent l’école de la liberté.
La langue était une constante dans sa trajectoire, une langue catalane qu’il fallait récupérer et une langue qui devait être mise à la disposition de tous les enfants et de tous les jeunes. Il fallait faire des matériaux en catalan aussi bien pour les enfants que pour les enseignants, peut-être pour cette raison Lettre à une maîtresse d’école de Milani a d’abord été traduite en catalan, et il en va de même pour une longue liste d’histoires pour enfants, de contes, etc.
En même temps, la langue ou les langues ont été étudiées d’un point de vue social et psychologique et des vocabulaires de base ont été élaborés pour que les enfants puissent produire des textes plus compréhensibles. Un travail partagé à la fois avec les enseignants du Pays Basque, de Galice, d’Andalousie, de Madrid et avec les maîtres Miskitos du Nicaragua.
Enfin, la grande contribution politique en faveur de la langue a été sa participation en tant que parlementaire socialiste à la rédaction de la Loi sur la normalisation linguistique, où elle a réussi à convaincre tous les groupes politiques qu’on ne pouvait pas séparer les enfants pour une raison quelconque, même pas par leur langue.

L’école publique et démocratique sont indissociables dans la pensée et l’action de Marta Mata, à la fois dans la façon de vivre dans l’école au jour le jour, et dans la façon dont les enseignants travaillent et collaborent avec les familles.

Vous pouvez trouver sa biographie et la bibliographie sur https://fundaciomartamata.org/

Contact