Carmen Letz

Carmen Letz

Carmen Letz, docteure en sciences de l’éducation et en études germaniques et qualifiée dans les deux sections correspondantes du CNU (12e et 70e), est chercheure associée de l’équipe Normes et Valeurs du LISEC EA 2310 de l’Université de Lorraine et de l’équipe EHIC EA 1087 de l’Université de Limoges. Elle enseigne au Collège de Saint-Junien (certifiée) et à l’Université de Limoges (chargée de cours).
Ses principaux travaux portent sur des pratiques pédagogiques qui s’articulent autour des grands pédagogues et penseurs de l’éducation du XVIIIème au XXIème siècle, de leurs discours et de leurs concepts dans la perspective de l’histoire des idées. Elle a rédigé plusieurs contributions sur l’histoire du militantisme pédagogique et plus particulièrement sur les écoles nouvelles de Paul Geheeb, de Kurt Hahn et d’Edmond Demolins.
Elle est actuellement secrétaire adjointe de l’association « Héloïse, itinéraire de pédagogues européens ».

Publications récentes

Cliquez sur la couverture du livre pour accéder au site et à d’avantages d’informations

– Letz, C. (forthcoming). Political and Social Education in Schools for the Elite. A comparative analysis of Ecole des Roches, Salem College and Ecole d’Humanité, in B. Boufoy-Bastick (dir.), International Cultures of Educational Inclusion. Strasbourg: Analytrics. (ISBN 979-10-90365-06-3).

– « Eliteerziehung zum Kosmopolitismus: Von der Polis der Schule Schloss Salem zum Mikrokosmos der École d’Humanité », in Germanistik in der Schweiz, Heft 10, 2013, pp. 67-76.

– Carmen Letz/Eliane Pautal, « Peut-on apprendre la citoyenneté ? L’École des Roches, la Schule Schloss Salem et l’École d’Humanité », in La recherche en éducation, n° 8, décembre 2012, pp. 44-53. www.la-recherche-en-education.org/index.php/afirse/article/viewFile/117/79

Dernières interventions dans des colloques avec actes en voie de publication :

– « Adolphe Ferrière et Paul Geheeb : amitié et militantisme », Genève, une plateforme de l’internationalisme éducatif au 20e siècle, colloque internationale, Institut Jean-Jacques Rousseau et Université de Genève, 14-15 septembre 2017. (avec actes)

– « L’épopée de Paul et Edith Geheeb-Cassirer : l’itinéraire pédagogique d’une histoire européenne », Itinéraires et connexions des acteur-trice-s de l’Éducation Nouvelle au fil du 20e siècle, Symposium du REF organisé par Centre National des Arts et Métiers de Paris, 4-6 juillet 2017. (avec actes aux Presses universitaires de Grenoble (PUG))

– « Le défi libertaire de l’éducation nouvelle chez Paul Geheeb, alias Paul Freimut », Le défi libertaire, colloque internationale, EHIC 1087, Université de Limoges, 24–25 novembre 2016. (avec actes : J. Bel, T. Kuhnle (dir.), Le défi libertaire, Aix-la-Chapelle, Shaker (coll : « Cahiers du Littoral »).)

– « Paulus Geheeb : excentrique, idéaliste ou pédagogue génial ? », Excentricité(s), colloque internationale, EHIC 1087 et UR H.L.L.I. 4030, colloque international, Université du littoral côte d’opale Boulogne-sur-Mer, 17-19 novembre 2016. (avec actes : J. Bel, T. Kuhnle (dir.), Excentricité(s), Aix-la-Chapelle, Shaker (coll : « Cahiers du Littoral »))

– « L’éducation à la paix. Un programme éducatif à contre-courant », Réaliser et communiquer le changement, colloque international, Université de Limoges, 8-9 octobre 2015. (avec actes : T. Kuhnle, C. Letz (dir.), Réaliser et communiquer le changement, Aix-la-Chapelle, Shaker (coll. « Irrésignations »))

Thèse de doctorat en sciences de l’éducation :

La formation du citoyen du monde dans des écoles d’élite en Allemagne, en France et en Suisse. La Schule Schloss Salem, l’École des Roches et l’École d’Humanité.

L’émergence des écoles nouvelles au XXe siècle ouvre de nouveaux horizons à la réflexion sur la formation globale du Citoyen du monde. Cette thèse adopte une perspective tri-nationale (D-F-CH), à la lumière de trois écoles-internats privées, la Schule Schloss Salem en Allemagne, l’École des Roches en France et l’École d’Humanité en Suisse, qui ont initialement en commun le désir de réformer la société en profondeur pour créer un monde meilleur. À cette fin, elles se réfèrent entre autres aux grands penseurs et pédagogues dans la tradition humaniste. Les axes principaux portent sur les idées qui ont inspiré les fondateurs de ces trois établissements, sur la façon comment elles ont influencé leurs concepts pédagogiques et sur leur application dans les programmes scolaires qui se déclinent surtout autour les différents domaines de la vie humaine : la politique, la religion, la nature, le travail et le jeu. Les valeurs fondamentales auxquelles les élèves étaient formés au début du XXe siècle étaient le bien commun et la paix dans le monde.
Les trois établissements, véritables laboratoires pédagogiques, s’appuient sur une expérience de plus d’un siècle. Cette comparaison contrastive, fondée sur une approche anthropologique et empirique, peut fournir d’importantes pistes de réflexion pour tous les domaines de l’enseignement et de la réflexion pédagogique.

Contact

: carmenletz@yahoo.fr